DIMANCHE DE PAQUES

Célébration en UNION DE PRIERE à 10h


Le Père Jean-Paul 

célébrera seul à 10h

 

Nous sommes invités

à nous joindre à lui 

en Union de prière

Célébration familiale de la résurrection

Télécharger
dimanche de Pâques.pdf
Document Adobe Acrobat 2.6 MB
Télécharger
liturgie_domestique-dimanche-paques_12av
Document Adobe Acrobat 342.4 KB


POUR PASSER DES TÉNÈBRES DU CORONAVIRUS

 

A LA LUMIÈRE DE PAQUES

une vidéo et un podcast...

PODCAST


La belle histoire de la Résurrection racontée par la Contesse de Ségur

VIDEO




De la GROTTE à La GRÂCE

du Big-Bang au matin de Pâques

© Copyright Poussières d'Étoiles

Que sommes-nous face à l’immensité de l’Univers, face à l’immensité de la Nature et puis face à Dieu. Dieu qui est Créateur et qui est Infini. 

 

Nous ne sommes que petites poussières, des poussières comme de la cendre. Mais par contre cette cendre peut redevenir ce qu’elle est à l’origine, nous sommes des étincelles de cet Amour de Dieu. Toute la Création est une étincelle de l’Amour de Dieu. Cette énergie qui se transforme en matière n’était pas plus grande qu’une tête d’épingle - selon la théorie du Big-Bang. Energie comme issue de l’Esprit Saint. Et de cette explosion d’énergie, il y a 13,8 milliards d’années, nait l’univers entier. Toujours encore en expansion. En donnant des galaxies et des milliards d’étoiles et autour de ces étoiles des planètes. Planètes comme la Terre. Et sur la Terre, 4 milliards et demi d’années après, une profusion de plantes, d’animaux qui vont partout dans les mers, sur terre, sous terre, dans les airs.

Et au sommet de la Création, voici l’Homme (« Ecce Homo »). L’Homme qui est cette étincelle de Dieu, à la fois étincelle de la nature par la matière qui le compose- lui qui est composé également d’atomes. Mais aussi étincelle de Dieu par l’esprit et par l’intelligence qui sont donnés par Dieu. Et aussi par cette étincelle de l’Amour de Dieu, Amour qui vient de la Communion des trois personnes la Sainte Trinité, toujours débordant comme une source inépuisable. Donnant le meilleur qui est à l’image de Dieu-Trinité, " Dieu créa l’homme à son image ... homme et femme, il les créa " (Gn 1, 27)  c’est ce que nous rappelle la Genèse dans la Bible.

 

Mais que sommes-nous, si nous sommes simplement matière ? Nous sommes poussières, nous sommes des cendres (comme nous le rappelle le mercredi des cendres en reprenant la Genèse : « Oui, tu es poussière et à la poussière tu retourneras » (Gn 3, 19).  Mais de cette poussière, de cette glaise Dieu a façonné un Homme, un Homme à son image, auquel il a insufflé son Esprit.

 

Que sommes-nous si nous n’avons pas, jour après jour, la lumière de Dieu, la chaleur de Dieu qui nous réchauffe comme le soleil réchauffe la terre. Nous sommes comme un homme vivant dans une caverne, dans une grotte bien profonde. Pour ceux qui ont fait de la spéléologie, vous en avez peut-être fait l’expérience. Vous descendez dans une grotte, même pas trop profonde, lorsque vous êtes suffisamment éloigné de l’entrée, vous éteignez la petite lumière que vous avez sur votre casque et vous écoutez et vous regardez. En fait vous ne voyez rien, que l’obscurité, vous n’entendez rien, que votre propre respiration. Vous n’avez plus de chaleur, vous n’avez pas de nourriture, vous n’avez pas de plantes, vous  n’avez pas de beauté autour de vous.

 

Et bien c’est un peu comme nous : sans Dieu nous ne sommes que poussières. Sans Dieu nous sommes comme enfermés, comme abandonnés dans une grotte, sans rien. Quand nous sortons nous voyons, à nouveau, la lumière du soleil qui nous éclaire. Qui éclaire aussi le monde autour de nous, qui donne des couleurs à la vie, qui nous permet de voir la beauté des plantes et des fleurs, des montagnes et des rivières. Qui nous donne la chaleur pour nous réchauffer. Qui nous donne aussi les fruits de la terre, car sans le soleil il n’y aurait pas de plantes qui se développeraient, il n’y aurait pas de plantes et de graines, il n’y aurait pas de fruits, il n’y aurait rien à manger (ni pour nous, ni pour les animaux), rien même pour nous habiller. C’est là le don de Dieu dans sa Création, c’est ça le don de la Grâce, le don de l’Amour et de l’Esprit-Saint à la fois.

 

C’est comme pour l’homme (déjà pour « l’homme des cavernes »), un homme dans une grotte obscure, sans le son, sans  la lumière (comment un jeune d’aujourd’hui pourrait vivre sans les lumières scintillantes de la ville et des écrans et le son en permanence des écouteurs et des médias !), sans la chaleur, sans la nourriture. Ou alors un homme qui sort de sa caverne et qui reçoit la Grâce. La Grâce, c’est le Don de Dieu. Comme le soleil nous donne lumière, chaleur, beauté visible, nourriture, tout cela qui nous permet de vivre. Nous vivons de cette étincelle de Dieu qui a donné la Création, nous vivons de cette étincelle de Dieu qui nous donne l’Amour- nous sommes créés par Amour- nous sommes Vie, parcelles de Vie de Dieu. Et si nous sommes poussières, nous sommes en fait poussières d’étoiles. De ces étoiles sont issus le soleil, la terre, la Création toute entière. Et l’Homme à son sommet. Et nous brillons, non pas dans une grotte (dans l’obscurité on ne voit rien) mais nous brillons – poussières d’étoiles - de la Grâce de l’Amour qui nous est donné par Dieu. Jour après jour, en temps et en heure.

Et quand une fois, nous n’avons pas autant de grâce qu’il nous faut, c’est comme dans la grotte, nous pouvons alors prendre conscience de notre faiblesse, du fait que nous ne soyons que poussières, poussières qui ressemblent à de la cendre. C’est un chemin d’humilité. Car sans cette brillance qui nous vient des étoiles, qui nous vient de cette lumière, qui nous vient de la lumière infinie de l’Amour infini, nous ne sommes que poussière noire et obscure. Nous ne brillons que par la Grâce, que par le don de Dieu qui jour après jour, nous permet de vivre et nous permet de rayonner. Des rayons de l’Amour et de la Vie que sont ces dons de la Grâce et de l’Esprit-Saint.

 

Pour le salut des hommes aussi tout commença dans une Grotte. La Grotte de Bethléem. Au milieu de la nuit, au cœur de l’hiver, dans l’obscurité naquit, par la Grâce de Dieu, le Messie, celui qui allait devenir la « Lumière du Monde » pour éclairer les hommes et l’Univers entier. Et son Chemin de Vérité et de Vie allait passer aussi par une autre grotte, celle du caveau et de la mort. Et là encore de la grotte de ce sépulcre et des ténèbres de la mort allait rouler la pierre pour laisser passer la Grâce de la Résurrection. Avec le soleil et sa lumière, c’était de matin de Pâques. Matin de la victoire de la Vie, et de la Lumière qui éclaire le monde.

 

Des ténèbres à la Lumière. De la Grotte à la Grâce.